Image default
Emploi et Enseignement

Comment bien se couvrir en cas de perte d’emploi ?

L’assurance chômage est une allocation offerte aux salariés, aux cadres et aux dirigeants d’une entreprise en cas de perte d’emploi. Ainsi, elle indemnise ces derniers en fonction de leur salaire habituel tout en mutualisant les risques et en favorisant leur retour au travail.

Il convient de noter que l’assurance chômage est une assurance obligatoire qui doit être contractée par tous employeurs du secteur privé et aussi par certains employeurs du secteur public afin de protéger leurs employés.

Assurance chômage, une allocation obligatoire

Normalement, tout employeur est tenu de verser des cotisations évaluées à environ 4,5% du salaire brut et l’Etat participe aussi au financement de cette assurance chômage. Par conséquent, les salariés peuvent toujours percevoir des revenus qui se présentent sous forme d’allocation s’ils perdent leur emploi involontairement.

Plus précisément, pour bénéficier de cette allocation, il est quand même impératif que le salarié en question ait travaillé au sein de l’entreprise depuis au moins 4 mois, et qu’il ait perdu son poste suite à un licenciement, à une fin de CDD, à une rupture conventionnelle ou encore à une fin de mission d’intérim.

Quid de l’assurance chômage complémentaire ?

Toutefois, il est à savoir que cette assurance chômage fédérale n’arrive à couvrir que 70 ou 80% du salaire, ce qui peut donc abaisser le niveau de vie du salarié licencié, ainsi que son pouvoir d’achat. D’où l’intérêt de se souscrire également à l’assurance qui est présentée sur le site https://www.wegroup.ch/assurances/assurance-chomage-complementaire/, c’est-à-dire à une assurance chômage complémentaire.

Celle-ci permet effectivement de se mettre à l’abri d’une restructuration, d’une délocalisation ou encore de la faillite de l’employeur. Puis, l’assuré peut demander une prestation plus élevée s’il dispose d’un salaire brut important.

Par ailleurs, il est possible de recevoir jusqu’à 12 indemnités mensuels avec l’assurance chômage complémentaire et bien sûr, l’assuré cesse de recevoir son allocation lorsqu’il part à la retraite. Enfin, il faut souligner que le délai de carence est de 3 mois en cas de suspension du contrat de travail, donc aucune allocation ne serait versée pendant ce délai.

Related posts

Parler l’espagnol pour s’épanouir dans votre carrière professionnelle

Tamby

Quels accompagnements pour un projet de reconversion professionnelle ?

Claude

Recruter un intérimaire : ce qu’il faut savoir

Odile